top of page

Bilan 2023 - Chapitre 1 - Les déchets sauvages


Il est temps de faire le bilan de nos actions, propositions et combats pour l'année 2023 en toute transparence et honnêteté.

Ce bilan se fera en 6 parties et nous les déroulerons sur un mois, chacune évoquant un sujet particulier qui nous tient à cœur. Les déchets sauvages de notre territoire, le patrimoine naturel et culturel de Beuil, le ski de fond à Beuil les Launes, le greenwashing dans le bois Garnier, notre relation compliquée avec la mairie de Beuil (nous ferons un descriptif détaillé, pièces à l'appui, de la plainte déposée contre les adjoints) et pour finir notre bilan économique.


Depuis 2019, nous œuvrons chaque année, grâce à de nombreux bénévoles, au nettoyage des espaces sauvages de notre territoire. Ce travail passe par un référencement, une cartographie des sites puis par un nettoyage collectif dans la bonne humeur suivi d'un pique-nique en pleine nature.

Cette année nous avons sorti une dizaine de tonnes de déchets en 6 expéditions regroupant en moyenne une quarantaine de personnes pendant 3 heures. En croissance par rapport aux années précédentes. Un de ces nettoyages, dans les gorges inférieures du Cians, s'est fait en partenariat avec Natura2000 et le Smiage, 3 se sont déroulés dans le vallon jouxtant la déchetterie de Guillaumes, 1 dans le vallon de la station d'épuration de Valberg et enfin le dernier dans le premier vallon à la sortie de Valberg en direction de Péone.


Le constat est alarmant, dans le Cians nous sommes tombés sur une décharge sauvage d'envergure que nous sommes loin d'avoir entièrement nettoyée.Dans le Vallon jouxtant la déchetterie de Guillaumes, malgré nos 3 interventions, un mois plus tard, tout était à refaire. Le vallon abritant la station d'épuration a été nettoyé à 60% quand au premier vallon de la sortie de Valberg, que nous avions déjà nettoyé l'année dernière, il reste encore 50% de déchets à extraire.


Si la moitié des déchets que nous retirons datent d'une période ancienne, il n'en reste pas moins que l'autre moitié provient de l'activité humaine récente. 40% sont des plastiques, 30% de la ferraille, 20% des gravats et 10% du verre. Les causes de la présence de ces déchets dans les vallons sont nombreuses : de l'incivisme et de l'inconscience en partie, mais surtout des intempéries, du vent et de la pluie, qui poussent les déchets urbains à se loger dans ces lieux riches de biodiversité. Leur origine est diverse : la consommation bien sûr, le tourisme, les institutionnels et le BTP. Le dérèglement climatique qui nous apporte de plus en plus de vents violents et de pluies torrentielles est un facteur important aujourd'hui de cette dissémination.


La bonne nouvelle, cette année, c'est la prise de conscience collective de ce problème qui va à l'encontre non seulement des exigences de restauration d'un monde sauvage mais aussi d'un tourisme bienveillant et responsable.


Charles-Ange Ginesy, président du département, de la Communauté de Communes Alpes d'Azur et de la station de Valberg, nous a convié à une réunion le 2 Décembre sur ce thème avec de nombreux élus locaux et les responsables des services concernés. Il nous a remercié pour notre action et surtout, s'est engagé à une collaboration dans l'avenir avec l'association dans le but de rendre la montagne plus propre.


La saison de collecte de ces déchets redémarre au printemps 2024 et nous avons proposé à Charles-Anges Ginesy de cartographier, d'ici là, précisément, l'ensemble des sites souillés sur le territoire de la Communauté de communes et dès lors, de se réunir pour définir un plan de bataille.

Nous avons également fait des propositions pour stopper l'hémorragie sur lesquelles la société Univalom, qui gère dorénavant la déchetterie de Valberg, s'est engagée publiquement, comme la mise en place de grillages de protection autour de la déchetterie ou l'installation de filets sur la bouche d'évacuation d'eau pluviale.


Cette reconnaissance et cette collaboration à venir, malgré nos divergences de points de vue sur d'autres sujets, sont les premières étapes dont nous nous félicitons. Dans ce monde bipolaire où chacun se situe à l'opposé d'un échiquier blanc et noir, c'est un vrai soulagement de penser que nous pouvons collaborer sur des sujets qui nous préoccupent tous.


C'est donc avec enthousiasme que nous aborderons l'année 2024.

59 vues1 commentaire
bottom of page